• Lorand Boți Balint

Jacques Séguéla, interviu pentru Challenges

La cei 86 de ani ai sai, Jacques Séguéla ramane incredibil de viu. Anul trecut i-am urmarit in picioare prezentarea de la Bucuresti, pasiunea lui pentru viata si pentru publicitate mi-a dat enorm de multa energie.

Am citit azi cel mai recent interviu pe care l-a acordat publicatiei franceze Challenges si mi-a placut foarte mult raspunsul pe care l-a dat la prima intrebare: ce credeti despre comunicarea Presedintelui Emmanuel Macron in aceste timpuri de criza?

1. Se fereste sa critice in vreun fel explicand ca va veni si timpul analizei, acum este timpul pentru rezolvarea crizei sanitare.

2. Mi se pare ca ofera un posibil raspuns la intrebarea de ce mint presedintii?

Jacques Séguéla considera ca este foarte important ca un presedinte sa vorbeasca cat mai putin pentru ca altfel risca sa se contrazica des. In acelasi timp recunoaste ca, daca aceasta optiune exista pe vreme lui Francois Mitterrand, astazi societatea, media si social media pun o presiune fantastica care nu mai permite luxul de a vorbi putin.


Jacques Séguéla nu detaliaza de ce ar risca un Presedinte sa se contrazica des, dar oricine a condus organizatii de mari dimensiuni stie ca nu intotdeauna iei deciziile in care crezi, sunt momente in care mergi pe mana oamenilor tai, altele in care faci o serie de compromisuri pentru the grater good. La nivelul Frantei, toate aceste lucruri se amplifica la infinit si este cam exclus ca Macron sa faca doar ceea ce vrea & in ceea ce crede el. Vorbind foarte mult, risca sa se contrazica des.


Mai jos raspunsul complet la intrebare, aici gasiti intregul interviu, iar aici puteti sa urmariti prezentarea pe care a tinut-o la Bucuresti in cadrul conferintei IAA Romania - Creativity4Better 2019


Challenges - Que pensez-vous de la communication d'Emmanuel Macron depuis le début de cette période de confinement


Jacques Séguéla - Je reste partisan de la doctrine que nous avions instaurée autour de François Mitterrand avec son conseiller Jacques Pilhan dès 1981. Je considère qu'un président ne doit parler que lorsqu'il a quelque chose d'important à dire. Un président qui parle trop finit par tomber dans le piege de la contradiction. Il risque d'affaiblir sa parole et sa fonction. Je crois peu à l'efficacité de cette stratégie qui consiste à envoyer des cartes postales, en se déplaçant tous les deux jours en province avec des caméras pour bien montrer que l'on est proche des Français. Ceci étant dit, je crois aussi qu'en 2020, il devient très difficile de rester mutique. La pression des médias et des réseaux sociaux est devenue telle, le tempo s'est tellement accéléré, qu'une communication limitée est devenue très difficile à suivre, peut-être est-elle même devenue impossible. Et je pose la question : qui ferait mieux que lui aujourd'hui? Enfin, en cette période de crise sanitaire je considère qu'il n'est pas souhaitable de multiplier les critiques. Il sera temps d'en parler plus tard mais pour l'heure, il n'est pas utile de critiquer ceux qui sont aux responsabilités.